06/01/2007

Refuge !

En écrivant les deux posts précédents, je ne me doutais pas qu’ils colleraient tant à la réalité de ce début de semaine !

 

Dans le service ou je travaille, nous sommes cinq et dans le groupe il y a deux italiens. Donc un qui est très ami avait un mécanicien du service entretien. Ce mécanicien belge mais d’origine sicilienne est du genre très TRES macho. Proche de la soixantaine, incapable de parler plus de cinq minutes avant de s’énerver ! Un premier divorce il y a plus de vingt. Qui l’a conduit en prison pour menace, coups et blessure. Peut-être pas tentative de meurtre, mais lorsque l’on a un fusil en main et que l’on tire dans le plafond…cela situe l’ambiance !

 

Remariage peu de temps après avec une fille de 18 ans plus jeune que lui. Le genre de mec qui ne veut rien faire dans le ménage, sa femme est là pour ça ! Et maintenant, elle n’est plus là, tout seul qu’il se retrouve le macho !

 

Donc, il vient se confier à son copain qui travaille deux bureaux plus loin que le mien. Il n’est pas dans la catégorie de ceux qui m’ont rejeté au début de ma transformation. Mais d’un QI limité, je me demande toujours s’il a bien saisi le sens de ma démarche personnelle ! Alors dans le doute, de mon côté, c’est juste un bonjours/bonsoir et pas plus !

 

Pourtant, je le sentais bien, à chacune de ses visites. Tout en parlant avec l’autre, il essayait de me faire rentrer dans leur conversation en citant mon prénom, en faisant des petites allusions à ma vie ou en se référant à mon parcours depuis mon divorce. J’écoute sans jamais lui répliquer, je faisais vraiment la sourde oreille à ses dires !

 

Et voilà qu’hier, il est venu une nouvelle fois pour annoncer à son copain qu’ils avaient vendu, maison et voiture. Qu’il allait maintenant emménager dans une petite maison situer pas loin de celle du copain. Tout en rigolant, il lui expliquait comment il allait organiser sa nouvelle vie.

 

Et puis vlan, tout d’un coup ! Il m’interpelle, me demande si je suis d’accord pour qu’il vienne me dire bonjour chez moi ! La réponse me sort d’un coup, NON pas question ! Il reste un moment bouche ouverte, puis insiste encore. Me parle de camaraderie, d’apporter une bouteille de vin ! Devant mon refus, il finit par s’énerver et commence à parler de sexe ! 

 

Difficile de lui expliquer tout en restant polie, que je ne veux pas d’un type comme lui dans mes jambes, encore moins un collègue de travail (c’est s’attirer des ennuis et se coller une réputation garantie, ce genre de relation-là)

 

Il n’était pas à la table quatre ans plus tôt, lors de cette fameuse discussion avec les autres au sujet d’un éventuel passage à la casserole. Et si cela devient avoir lieu, il faudrait que le mec en vaille vraiment la peine ! NON, je ne veux pas d’un mec comme lui qui n’a aucune considération pour les femmes ! Il ne voulait pas aider la sienne, pas même faire une vaisselle ! Et bien maintenant qu’il apprenne à se faire à manger…tout seul J

gateau_fondant_chocolat__2e_essai_

 

13:03 Écrit par Loulou dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/12/2006

Réveillon

Alors, laissons un peu le récit de mon histoire passée pour parler de l’actualité qui intéresse tout le monde, le réveillon !

 

Ici pas de problème, c’est en solo comme ce fût souvent le cas avant de me marier et devenu une habitude depuis que je vis seule ! Sauf à une exception lors d’un réveillon organisé par la radio de la RTBF « VivaCité » à l’occasion du beau vélo de Ravel.

 

Une balade nocturne à pieds, en vélo ou à cheval sur le Ravel de la ligne 38 entre Herve et Val Dieu. Et là-bas sous un immense chapiteau, un repas pour 2000 personnes, un concert de Stellla puis une soirée dansante !

 

Mais avant de me cocooner devant mon ordi en regardant un bon film. Je suis allée au cinéma cette après midi pour voir un super film « Little Miss Sunshine » un très beau et surprenant road movie américain. A voir !

 

Et pour rester dans les film américains, après un petit repas light de réveillon. Oui, mardi au boulot mes collègues m’environs de n’avoir pas pris quelques calories de trop ce week-end ! je me regarde le DVD du film « Woodstock » version longue (216 minutes) et surtout version anglaise !

Happy_New_Year_Bears_Banner%5B1%5D

  

20:44 Écrit par Loulou dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

08/12/2006

Discrimination ?

Voiçi une info trouvée sur un autre blog, elle n’est pas vraiment nouvelle du jour (puisqu’elle date du 30 novembre) mais toujours d’actualité lorsqu’il est question des différences et en particulier des Transsexuelles !

 

Je pense qu’il s’agit du podium des championnats canadiens de descende de Moutain bike (VTT) :

 

 L'histoire a fait grand bruit aux Championnats canadiens de descente à Whistler : installée sur la deuxième marche du podium, Danika Schroeter arborait fièrement un t-shirt portant l'inscription «100 % pure woman champ 2006 » Le message ne pouvait être plus clair : il s'adressait à celle qui la devançait sur la ligne et sur le podium, Michelle Dumaresq. Michelle Dumaresq est une transsexuelle. Certes, la chose est connue et a suscité quelques débats. C'est cependant la première fois qu'une autre athlète affiche clairement son désaccord hors des vestiaires.

Cela s'est fait au grand jour, sur un podium tout ce qu'il y a de plus officiel. Voilà de quoi heurter le décorum qui entoure généralement la remise des médailles. Toujours est-il que Danika Schroeter s'est pris trois mois de suspension. En publiant une lettre d'excuses, elle a obtenu une dérogation pour participer aux Championnats du monde en Nouvelle- Zélande, mais elle purgera quand même sa peine.

Bon, on en pense ce  qu’on veut !

 

Moi personnellement pour avoir fait « avant » énormément de sport d’endurance comme la course à pieds ou le cyclisme, mais pas de compétition ! Principalement pour diluer et contenir ce que je ressentais. Je ne crois pas qu’une transsexuelle soit plus forte qu’une autre femme « biologiquement d’origine » Mais bien sûr, lorsqu’il y a un enjeu tel un titre de championne, tous les coups sont permis en particulier celui de discréditer ses adversaires d’autant plus que l’on termine derrière celle-ci !

 

Alors pourquoi je dis cela bien que je ne sois pas doctoresse en médecine sportive ?

 

Simple, d’après ce que je sais ce sont les hormones mâles qui font se développer la masse musculaire. C’est pour cela que tant de sportif et sportive en abuse tant et plus pour augmenter leur force et leur puissance musculaire. Chez les Transsexuelles, il n’y a plus de production d’hormones mâles et le traitement (à vie) de féminisation fait qu’une Transsexuelle à trois voir quatre fois plus d’hormone femelle qu’une femme biologique d’origine.

 

Sur avis de l’endocrinologue qui me suit, je continue de faire du sport et je le fais avec des filles qui ne connaissent pas mon passé « différent » et je peux dire qu’elles sont bien plus fortes que moi et que je ne suis pas encore arrivée à terminer une randonnée en même temps qu’elles ! Toujours derrière la petite d’ici !

 

Mais c’est mon avis personnel sur du vécu personnel. Et je ne voudrais pas non plus, en tirer des conclusions pour toutes les autres Transsexuelles !

80MichelleDumaresq2

Michelle Dumaresq  

22:24 Écrit par Loulou dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2006

Flash info du 10 juillet 2006

Une autre info glanée sur le site de la DH.net et même si elle ne concerne pas vraiment les transsexuelles, elle m’amène à une réflexion !

 

S’il va y avoir un n° de code pour les agressions homophobes et connaissant les esprits parfois « très carrés » des gens et des mecs en particulier !

 

Savant par expérience vécue au cours de ma vie, que les gens mélangent sans discernement homos et Trans.

 

Et que pour beaucoup de personne (même si les chose bouger un peu vers une amélioration) Il est toujours d’actualité de penser qu’une transsexuelle c’est un mec et que cela restera un mec.

 

Et cela ! Même si légalement une fois opérée et état civile changé, nous sommes de vrais femmes.

 

En cas d’agressions de l’une d’entre nous, quel code le policier de service mettra sur son procès-verbal si cette agression est liée à notre transsexualité ?

 

L’article en question :

 

À partir du premier novembre, les P.-V. de police devront mentionner le caractère homophobe d'un délit ou d'un crime.

 

BRUXELLES À la fin du mois de juin, le collège des procureurs généraux a publié sa quatorzième circulaire de l'année. Celle-ci a pour objet la lutte contre les actes homophobes. Une problématique bien réelle qui passe pourtant un peu trop inaperçue dans les statistiques mais aussi devant les tribunaux.

Pourtant, dans sa note de politique générale du 19 novembre 2004, la ministre de la Justice, Laurette Onkelinx (PS), soulignait que ses services avaient constaté les mois précédents une recrudescence d'actes violents contre des personnes homosexuelles.

Par conséquent, la circulaire COL 14/2006 s'attache à mieux enregistrer les dossiers relatifs aux actes à caractère xénophobe. Comme cela est déjà le cas depuis le mois d'avril pour les actes inspirés par le racisme et/ou la xénophobie, les policiers seront désormais tenus de signaler dans leurs P.-V., quand un délit ou un crime est commis, si, en filigrane ou de manière plus explicite, un mobile homophobe peut être invoqué.

Concrètement, lorsqu'une infraction comme des coups et blessures, par exemple, est commise, elle est enregistrée sous son code habituel à savoir le 43 A. Si bien que policiers et magistrats, sur la première page du dossier, savent directement à quoi ils ont affaire. Un acte contrevenant à la loi Moureaux contre les discriminations de toutes sortes est enregistré sous le code 56 C, et ce, quel que soit le type de discrimination. Cela signifie que des coups et blessures pour un motif d'homo phobie ne sont signalés qu'avec le code 43 A. L'homo phobie est donc totalement passée sous silence par la force des choses dans les statistiques.

Dorénavant, à partir du premier novembre prochain, lorsque la police constatera une infraction ou actera une plainte, elle l'enregistrera sous son code habituel. Mais si les agents intervenants constatent que le mobile a un caractère homophobe, ils devront le mentionner dans la case mention parquet prévue dans l'en-tête de la première page des P.-V.

De cette manière, le dossier suivra la voie informatique et judiciaire en étant clairement identifié et identifiable. Cela permettra dans un premier temps de donner une image fiable du phénomène. Ensuite, les magistrats pourront être formés à traiter plus spécifiquement ce genre d'infractions.

 

      

 

12:35 Écrit par Loulou dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/07/2006

Flash info de juin 2006

J’ai retrouvé un article de la DH.net du 15 juin 2006 donc en voici la copie :

 

Proposition de loi réformant les droits des transsexuels en Belgique

 

BRUXELLES Un de ses proches affirme que Guy Verhofstadt (VLD) avait été conscientisé aux problèmes des personnes souhaitant changer de sexe par un architecte chargé de relifter sa maison de Toscane, lui-même dans le cas. C’est donc grâce à lui que la promesse de simplifier la situation légale des transsexuels était apparue dans la déclaration gouvernementale de Verhofstadt II, en juillet 2003.

Le dossier a, depuis, bien progressé. En commission de la Justice de la Chambre, une proposition de loi vient d’être adoptée. Sa philosophie générale est de supprimer – ou à tout le moins d’alléger au maximum – une série de tracasseries administratives auxquelles les transsexuels sont confrontés.

“Le changement de sexe et de prénom dans des documents tels que l’acte de naissance et la carte d’identité semble constituer le prolongement logique de l’opération”, estiment les signataires du texte. Mais “en l’absence de législation relative à la transsexualité, l’état civil de l’intéressé ne peut cependant être modifié purement et simplement”.

C’est en effet aujourd’hui vers la justice qu’il faut se tourner, avec la lourdeur que cela entraîne. La proposition de loi simplifie les choses : elle fait en sorte de rendre possible le simple accomplissement d’une déclaration devant l’officier de l’état civil de la commune. En somme, cela deviendra similaire à une banale déclaration de naissance. Il faudra simplement se munir d’une attestation médicale.

Le nouveau sexe de la personne ne serait toutefois inscrit sur la carte d’identité qu’après la réalisation de l’opération et après la modification de l’acte de naissance.

Mais le texte de loi prévoit qu’un nouveau prénom et une photo pourront déjà y figurer avant. La pièce d’identité, en cas de contrôle, doit en effet correspondre à la réalité.

 

Dommage que trop souvent encore les gens fassent la confusion dans les termes employés pour parler des Trans. Beaucoup trop souvent ces gens ne font aucuns efforts pour comprendre notre situation et c’est la première identité qui revient pour eux !

 

Alors il faut dire pour :

 

Un homme qui devient femme : une transsexuelle !

Une femme qui devient homme : un transsexuel !

Et pas l’inverse, comme c’est trop souvent le cas !

 

 

 

 

14:26 Écrit par Loulou dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |