26/06/2006

Découvrir !

Là, je ne comprends pas bien ! Mon corps se transforme mais pas comme je le souhaite, pas comme je me sens ! Je veux être une fille, avoir de la poitrine, des longs cheveux et pouvoir m’habiller comme je le souhaite.

 

A ce moment-là, je ne sais pas si tous les jeunes de notre âge se comportaient comme cela. Et même si les rapports avec mes frères n’étaient pas super bon, il nous arrivait de parler de ça. D’être un garçon ou une fille ! Alors en cachette, avec mon grand frère nous asseyions des vêtements de notre mère. Je ne sais hélas dire ce qu’il ressentait, mais pour moi cela est vite devenu ma préoccupation primordiale ! Me retrouver seule dans la maison et pourvoir m’habiller avec les vêtements de ma mère.

 

Je dois bien dire, qu’étant déjà de nature fort solitaire. Cette découverte de me sentir super bien en femme n’a fait qu’accentuer cette solitude ! Me sentant de plus en plus différent, ne sachant pas vraiment mettre des mots sur ce que je ressentais. J’avais vraiment l’impression d’être face à un mur !

 

C’est lors d’une de mes visites quotidiennes chez mes grands-parents que je découvris un article dans le journal. Et dans cet article, il était question d’un médecin installé dans le sud de la France. Il aidait des jeunes hommes à devenir femmes. Je me souviens, presque une page entière avec plusieurs témoignages. C’était comme une révélation !

 

Non seulement il y avait d’autres personnes comme moi ! Mais en plus, d’un coup je comprenais qu’il y avait une solution à ce que je ressentais. A cet âge, 14/15 ans j’avoue que le nom de transsexuelle ne me disait rien ! Mais je ne retenais qu’une chose, c’était possible de devenir une fille !

 

Et pour la première fois, j’allais affronter ma mère et lui dire que : voilà, ce que je ressentais et voici un article ou on parle de gens comme moi ! Sa réaction m’étonna, pas de cri, pas de coup, même pas énervée. Elle pris une de ses veilles robes, me dit de la mettre au-dessus de mes vêtements de garçon. J’étais étonné, je lui dis que cela ne se met pas comme cela au-dessus d’une chemise et d’un long pantalon. Mais elle m’obligea et une fois habillée, elle alla appeler mes frères et les voisins. Moi du coup, je crus mourir face à toutes ces personnes qui se moquaient, qui rigolaient de me voir habillé de cette façon !

 

Du coup, je compris rapidement que la seule chose à faire, c’était de ne plus en parler, de me taire si je voulais survivre, Et attendre de pouvoir m’enfuir de là ! Loin de ces gens qui me détestaient et m’humiliaient !  

 

 

 

20:56 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Parcours dificile... et touchant ma Girlie , ton témoignage est criant de tellement de sentiments...mes pensées te suivent , je n'en dirai plus sinon que tu dois te trouver ô combien fière de ce que tu es et étais et méritante.
Neith

Écrit par : Neith | 21/08/2006

Répondre à ce commentaire

Oteppe! Et bien ma Girlie , j'ai enfin fait ta connaissance.
On est des planquées , on a pas dévalé la piscine en roller.
J'ai été ravie de te rencontrer et encore!
J'ai du te courir après!
Timide , douce et sympathique!
Mais où es-tu donc partie!
Sans me dire aurevoir , noi oser t'installer près de nous!
Argh , bon , je te pardonne !
Mais tu me dois un bisous+un sourire+une ballade en roller+un fou rire!
Bizz, neith

Écrit par : neith | 28/08/2006

Répondre à ce commentaire

vivre cachée est insupportable et à longues distances mortel, il fzut naître comme nous pour nous comprendre.
merci d'etre passée sur mon blog cela ma fait un grand plaisir
bise,
carolyne-moon

Écrit par : Carolyne-Moon | 23/08/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.