02/07/2006

Dix-huit ans

C’est un boulot des plus fatiguant que je vais faire. Levé à 4h30 pour commencer le travail à 5h20 et c’est six jours/semaine. Pas question de ne faire que 8h par jours, non on finit quand la tournée est achevée et pas avant !

 

Malgré cela, ce qui est chouette c’est commencer en été, il fait beau et je commence dans un petit bureau de banlieue, presque la campagne ! Il y a beaucoup à apprendre et cela me change des autres boulots. Une chance personne ne me fait des remarques sur mes cheveux. C’est pas comme le présentant travail ou je devais me munir d’une barre de fer car il y avait un mec qui ne m’aimait vraiment pas et menaçait de me couper les cheveux !

 

Pas encore question d’uniforme, mais il me faut porter un képi que j’enlèverais vite fait une fois seule en rue ! Les affaires ne se présentent pas trop mal. Comme je travaille beaucoup, pas trop de possibilités pour dépenser son argent. J’arriverais vite à avoir suffisamment d’argent pour aller passer le permis de conduire. Passage du permis qui se résumait à cinq soirées de cours à l’auto-école et un examen le samedi après-midi. Ensuite début de la semaine suivante, nous avions les résultats et s’ils étaient bons, nous pouvions aller à l’administration communale pour retirer une licence valable un an. Pas d’épreuve comme maintenant, il y avait juste comme restriction : interdiction de rouler sur autoroute, de quitter le pays et d’apposer un L à l’arrière du véhicule. Un permis « B » qui permettait aussi de rouler avec tous les types de motos !

 

Le papier rose en poche, la moto choisie depuis des mois. Enfin, le modèle qui me plaisait une Yamaha DT250, c’est nouveau comme style de moto. Des Trails Bikes, un genre de moto qui vient des USA. Des motos polyvalentes, comme si on avait mis des pneus tous terrains sur une moto de route pour aller aussi rouler dans le désert ! Celle qui me plaît, est un peu plus typé, pas issue de la route mais vraiment réalisée pour rouler partout. Moi, j’adore ce côté passe-partout, elle me donne l’impression de n’avoir aucune contrainte, une moto qui évoque vraiment la liberté et qui incite à l’aventure !

 

Mes parents sont d’accord, grâce surtout à mon père qui pour une fois donnera de la voix face aux réticences habituelles de ma mère ! Seulement, il y a mon frère aîné ! Lui qui a déjà une moto, une bonne grosse moto de route et qui donne son avis. Qu’est-ce que c’est cette moto ? C’est une moto de clown ! Et voilà, ma mère saute sur l’occasion pour encore me faire mal ! Ce sera une moto comme ton frère, sinon rien !

 

Et bien, une trail bike ou une de route. J’en veux une de moto tant cela correspond à ce que je souhaite faire : être libre ! Je prendrais donc une moto de route.

 

Voilà relaté en peu de ligne, un événement qui aura de fameuse répercussion quelques années plus tard !

 

 

 

    

16:34 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.