23/07/2006

Flash info :

En parcourant les sites fait par et pour les transsexuelles. Je suis tombé sur ce texte :

 

Environ 30'000 à 40'000 femmes transsexuelles opérées vivent aux Etats-Unis et de nombreuses autres sont en train de réussir leur transition. Ces nombres sont bien plus élevés que ce que le grand public imagine, car un voile d’invisibilité cache la nature et l’étendue de la condition transsexuelle. Le plus caché est le grand nombre de femmes ayant réussi leur vie après leur transition. La raison en est que la plupart vivent discrètement et qu’elles se gardent bien de révéler leur passé même à leurs proches. Elles abandonnent leur passé derrière elles et se cachent afin d’éviter toute stigmatisation sociale et afin de construire une nouvelle vie. Leur réussite est une confirmation de leur intégration et du fait qu’elles se sont complètement intégrées dans la société.

L’invisibilité sociale de femmes ayant réussi leur vie alors même qu’elles ont du passer par une transition confirme aux yeux non avertis la très grande rareté des femmes transsexuelles. Cependant, le transsexualisme n’est pas si rare. Des calculs récents indiquent qu’une personne sur 250 à 500, ayant l’apparence d’un garçon à la naissance vivent cette réalité et qu’un adulte sur 2500 aux Etats-Unis est déjà passé par une opération de réattribution de sexe*. Le transsexualisme est donc deux fois plus fréquent que la sclérose multiple, la paralysie cérébrale ou le palais fendu.

L'invisibilité de ces succès soutient le préjugé qui veut que les transitions ont souvent des issues tragiques. Actuellement, les médias ne parlent des transsexuel/les qu'en deux occasions, à savoir quand "quelqu'un de bien connu change de sexe" et quand quelqu'un est victime de discriminations graves, qu'il s'agisse de harcèlement ou d'agressions. Les histoires des médias qui traitent de "quelqu'un qui change de sexe" n'ont jamais de suite pour savoir ce qui se passe plusieurs années après. En lieu et place, les médias se focalisent sur des personnes qui sont en cours de transition et sur les problèmes de ce moment précis et jamais sur la vie après. Ce biais conforte le préjugé de la société qui est que la transition amène à la marginalisation ou même pire, parce que "nous n'entendons plus parler d'eux après". Seules quelques histoires d'un éventuel échec et de victimes de harcèlement et d'agressions restent dans la mémoire à terme.

Manquant de modèles ayant réussi leur vie et confrontées à des images délibérément théâtralisées, marquées de stéréotypes outranciers provenant d'émissions telles que le Jerry Springer Show, les jeunes femmes transsexuelles sont souvent terrifiées de parler à qui que ce soit de leur condition. Alors qu'on leur rappelle constamment la violence et les discriminations que les personnes transsexuelles subissent, mais sans savoir qu'un grand nombre de femmes ont réussi à dépasser ces difficultés, de nombreuses jeunes femmes transsexuelles ne voient pas d'issue à leur situation terrible. La stigmatisation sociale du transsexualisme amène de nombreux jeunes à internaliser une large dose de honte non méritée et non justifiée, de la gène et se sentent coupables de leur condition. Il en résulte souvent que nombre de jeunes femmes transsexuelles gaspillent de précieuses années avant de pouvoir chercher de l'aide et nombre d'entre elles ne trouvent pas l'assistance dont elles ont besoin pour remédier à leur condition.

Récemment, le voile de l'invisibilité a commencé à se lever, alors que nombre de femmes opérées de par le monde ont commencé à créer des sites pour aider les autres. Certaines de ces femmes assument paisiblement mais ouvertement leur condition. D'autres ne la partagent que via le web, alors qu'elles restent très discrètes dans le reste de leur vie. Nous avons beaucoup de chance d'apprendre leur existence, quand elles font le pas de s'enregistrer sur des sites tels que celui-ci. Lynn espère qu'un nombre toujours plus grand de femmes vont tranquillement se révéler et pourront partager leur histoire via le web.

Les femmes enregistrées dans ces pages constituent un groupe très divers. Elles ont de nombreuses nationalités, races et origines ethniques. Elles proviennent d'une large palette de classes sociales et de types de familles. Elles ont fait leur transition à des âges très divers. Certaines ont été opérées depuis un long moment, d'autres ont fait leur transition plus récemment. Certaines ont assumé ouvertement leur condition depuis de nombreuses années, d'autres la gardent encore pour elles.

Nombre de ces femmes ont du subir de terribles épreuves afin de terminer leur transition. C'est encore plus vrai pour celles qui l'ont fait il y a des années. Certaines ont surgi de débuts terriblement difficiles et humbles, certaines se sont retrouvées sans domicile fixe et ont quand même fini par réussir! D'autres ont eu des transitions plus récentes et plus faciles, en tout cas dans les pays occidentaux qui sont plus tolérants. Certaines ont même eu la chance de pouvoir jouir du soutien de leur parent et de pouvoir faire leur transition durant leur adolescence! Comme vous le verrez, ces pages ne sont pas un "tableau d'honneur". Elles sont conçues comme une place ou des personnes très diverses mais néanmoins représentatives peuvent se mettre sur le devant de la scène et devenir plus visibles et jouer le rôle de "modèle" et sont même accessibles via le net en cas de besoin.

Ce qui fait de l'histoire de ces femmes sont des succès, ce n'est pas tant jusqu'où elles ont progressé dans leur carrière ni combien d'argent elles font, ni combien elles sont belles ni combien certaines sont célèbres quand bien même ces réussites sont importantes et elles montrent qu'une transition ne va pas forcément empêcher une femme de réussir selon les critères traditionnels. Cependant, les succès dont nous parlons ici sont ceux du cœur. Ce sont des succès en ce sens qu'ils montrent des femmes qui vivent leur vie pleinement. Nous le voyons dans les visages joyeux et nous le sentons au travers des lignes de leurs histoires. Ce sont les succès de femmes qui ont survécu et remédié à leur condition et qui ont réussi à trouver la joie et la paix dans leur vie.

Mises ensemble, nos histoires pourront graduellement aider à changer la perception qu'ont les gens de la condition transsexuelle. Après tout, nous sommes heureuses et nous contribuons activement à la vie: en tant que docteurs, avocats, scientifiques, ingénieures et programmeuses, comme pilotes de ligne, comme entrepreneures, managers, comme employées de bureau, comme professeures d'université, comme étudiantes en sciences politiques, en éducation, en sciences forensiques, en commerce, en couture et en tant qu'animateurs des médias. La réalité et la complétude de notre transformation physique ne peuvent être niée. Nombre d'entre nous sont épouses, amantes ou partenaires engagées dans des relations amoureuses durables. On peut mettre un visage humain crédible à la transsexualité en naviguant au travers des sites liés à ces pages, qui contiennent des informations au sujet de ces femmes qui ont réussi à trouver leur chemin.

Lynn souhaite que les histoires de ces femmes donnent de l'espoir et des encouragements, et fournissent des modèles aux autres, en particulier les jeunes femmes transsexuelles qui doivent entamer leur transition. En tant qu'adolescentes il leur faut apprendre qu'une complète réparation de leur condition est maintenant possible, grâce aux expériences acquises par les pionnières qui ont ouvert le chemin et en recourant à la médecine moderne. Elles pourront également partager cette connaissance avec leurs proches et leurs parents. Elles pourront aussi comprendre les avantages essentiels d'entreprendre cette correction aussi jeune que possible, au lieu de vivre dans l'angoisse et dans le mauvais corps pendant des décennies, avant de finalement faire leur transition comme un acte désespéré, beaucoup plus tard dans la vie. Si les parents peuvent juste voir combien leur enfant transsexuelle est juste "une fille avec un problème physique" plutôt que "un garçon avec un problème mental", cet enfant aura de bien meilleures chances dans la vie. Avec l'amour et le soutien de ses parents, une jeune fille transsexuelle pourra réaliser ses rêves et mener une vie de femme pleine et épanouie.

 

Et voici le site d’où vient ce texte :

http://ai.eecs.umich.edu/people/conway/TSsuccesses/TSsucc...

16:25 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Merci pour tes voeux d'anniversaire
Merci à toi , cela m'a touchée.
Je ne te "connais "pas encore, c'est d'autant plus adorable de ta part.
Petite question: J'avais cotoyé deux transexuelles au Gate , elles me semblaient fines d'esprit , drôles et subtiles, très sympa , mais malgré mes tentatives , j'ai dû me rendre à cette raison: elles préfèraient rester entre elles.
Ce n'est pas la première fois que je m'aperçois de cela.
Snif , pourquoi rester entre trans ?

Merci à Syrius , Eliane , Diru - An- Gureï , Trans- De - Vie ,Marc (et l'amour) sur Homosexual Feeling pour leur voeux d'anniversaire!
Alors , où je viens vous le dire sur vos blogs , mais ma connection est pourrie en ce moment (Clearwire)
ou vous me lirez ici ou sur un autre de mes blogs .
Quoiqu'il en soit , toujours touchée de votre amitié et ce n'est bien évidemment pas vous qui est visé ci-dessous.
'Z'avez réussi à me faire piquer un fard!
Arghhh
Et oui , cela change qqchose de voir si je suis homo ou pas.
Explication: Avant que je m'en aperçoive , on me croyait homo et je ne voyais pas du tout mais alors vraiment pas en quoi j'en avais l'air.
Le jour où j'ai approché "ce milieu", j'ai compris.
(c'est un look assez précis)
Et j'ai remarqué que cela me mettaiten valeur de l'accentuer .
Depuis , et bien j'ai réussi à assumer mon physique.
Et cette envie m'a demandé du temps.
ça me ferait râler que ça ne se voit pas!
Ben voui j'rivalise d'ingéniosité quand même pour ne pas passer pour une fashion victim...
(C'est aussi le meiller plan anti-drague hétéro , si,si!
A l'époque où j'étais célibataire , c'était aussi le meilleur plan drague homo, j'étais repérable)
C'est pratique , si je me perdais , ma femme me retrouverait...hey, n'en croyez pas un mot.

Mon humour laissant à désirer,un seul constat vous viendra , j'm'fais vieille

J'suis parfois aussi drôle qu'un vieux soixante-huitard embourgeoisé, où Papy Muso faisant de la résistance.

Écrit par : Neith du blog Homosexual Feeling | 24/07/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.