31/08/2006

Télé ce soir !

"Et si je vous disais que même au milieu d'une foule, chacun par sa solitude a le coeur qui s'écroule. Que même inondé par les regards de ceux qui nous aiment, on ne récolte pas toujours les rêves que l'on sème"

 

 

Oui ! J’en suis toujours à repenser à cette rencontre de samedi 26 août. En plus que ce matin, je suis passée juste devant l’hôtel ou nos amis québécois on logés deux jours.

 

Oui, malgré le manque de temps passé avec certain et certaine, j’ai un brin de nostalgie cette rencontre.

 

Donc, il ne faut pas rater l’émission « Au quotidien » qui passe dans moins d’une heure, à 18h54 sur la RTBF !

 

18:06 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/08/2006

Oteppe

La rencontre d’hier fût des plus agréable, suis arrivée comme prévenu vers les 15h. et les quelques heures que nous soyons restées là-bas ont passé beaucoup trop vite. Ce qui n’était pas prévu au programme, c’est qu’il fallait un peu « jongler » avec mes différents blogs. J’aime garder une certaine identité propre à chacun, ce qui ne fût pas toujours facile.

 

Et lorsque je parle d’identité, je ne pense pas à « l’identité sexuelle » propre à la transsexualité, non je veux juste dire « l’identité » de chacun des blogs. Celui-ci, puis celui de ma vraie vie de femme et enfin un autre consacré à un hobby.

 

C’est vrai aussi qu’il était mieux d’éviter les quiproquos et autres imbroglios qui auraient pu y avoir. Mais aussi (par expérience) comme ne connaissant pas beaucoup de gens en réel, éviter de les « heurter » avec mon passé différent et pas habituel ! Donc pas simple finalement de faire la part des choses entre « identité » et « identité »

 

Mais, cela a été une super journée passée trop vite. Avec des rencontres sincères et sympathiques, surprenantes aussi par la richesse que certaines personnes peuvent nous apporter en termes de relations humaines. Dommage de n’avoir pu passer autant de temps avec certaines de ces personnes-là ! Dommage aussi que nous soyons reparties aussi tôt, à cause de petits soucis familiaux pour ma co-lifteuse du jour. Une très gentille dame qui tout compte fait, connaissait beaucoup plus de monde que moi, tout en n’ayant pas encore son propre blog !

 

Et pour finir, une autre photo du château. Mais cette fois, non plus prise sur le site de la rencontre, mais bien par la petite girlie en personne. Alors que nous étions en pleine recherche d’un petit chalet. Ou nous allions y retrouver toute une sympathique tribu, venue de bien loin en train et en bus, juste pour ce merveilleuse rencontre !

 

19:30 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/08/2006

Rencontre à Oteppe

Alors, laissons un peu l’histoire de côté quelques instant, pour parler du présent.

 

Aujourd’hui, il y a une rencontre de blogeur à Oteppe à laquelle je participe. Mais j’y vais avec un autre blog que celui-ci. Avec le blog que j’ai depuis plus de deux ans et ou j’y parle de ma vie actuelle, sans faire d’allusions à mon passé de transsexuelle.

 

Pour le moment il ne fait pas trop mauvais et j’espère que le temps va se maintenir ainsi. Car il n’y a rien de marrant à passer plusieurs heures dans un domaine de loisir et ne pas pouvoir bouger un peu pour visiter l’endroit à cause de la pluie.

 

En plus, celui qui est à la base de cette rencontre vient tout exprès du Canada pour cela. Il n’a pas vraiment bien réussi avec la météo depuis qu’il est ici en Belgique.

 

Le Canada, c’est un de mes projet de voyage. Pas parce qu’il y a un centre ultra moderne créé par un médecin pour prendre en charge les transsexuelles de là-bas. Non parce que j’aimerais participer à une rando roller qui fait le tour de l’île de Montréal, plus de 120 Km à faire sur piste cyclable, trottoir et même parfois sur la route. Comme il n’y pas des masses de participant, c’est vraiment un truc à faire bien préparé, car il se peut que l’on soit amener à rouler longtemps seul. Donc, j’espère que je pour lui en parler un peu car en plus, il y habite justement à Montréal !

 

Voilà, je me prépare et je parts dans peu de temps. Car RDV à 14h avec deux amies en face de la gare principale de la ville !

 

11:24 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

25/08/2006

Les détails

En parlant d’avant l’opération, je me souviens d’une chose, le shopping ! Si maintenant cela n’a l’air de rien comme ça. Tout au début, avoir été un mec pendant tellement d’année. Avoir des habitudes vestimentaires même si je ne m’aimais pas en tant que mec, fallait tout de même bien s’habiller !

 

Donc au début, il faut courir tous les magasins, acheter, acheter et encore acheter. Pas toujours facile lorsque l’on n’a pas encore vraiment trouvé son style ! Ce qui était certain, c’est que je ne voulais pas faire comme pas mal de Trans, qui se féminise de trop. Bien qu’il me semble cela « normal » vu que l’on a été tellement emprisonné dans une apparence qui ne nous correspondais pas. Qu’une fois le premier pas franchi, l’on aie envie de « marquer le coup » en s’habillant d’une façon très femme !

 

C’est vrai que depuis le temps que je vis comme ceci, cela est devenu naturel. Mais au début, comment faire lorsque l’on n’est pas encore tout à fait une femme pour acheter et essayer des vêtements ? Et que faire de tous ces vêtements masculins que l’on ne mettra plus jamais ?

 

Puis l’autre problème, les produits de beauté ? Moi, je découvrais tout cela d’un coup. Rien avoir avec une évolution de femme normale, qui passe par la voie classique, l'enfance et l'adolescence ou elles peut imiter, tester et parfois oser des choix discutable.

 

Maintenant je raconte cela en rigolant mais il y a quelques années à cette époque-là ! C’était un vrai casse-tête que « de prendre le train en marche » et d’être une femme sans en avoir l’expérience. 

 

 

        

10:59 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/08/2006

Avant l'opération

Ces beaux-frères étaient bien sympa, mais comme dit hier je pense qu’ils n’ont pas très bien compris quelle était la différence entre homosexuel et transsexuelle ! Mais bon, je me laissais porter par la vague. D’autant plus que les personnes que je pensais être des amis fidèles ayant pris leurs distances. Et que les amis de mes beaux-frères que je rencontrais étaient bien sympathiques et surtout très ouvert d’esprit !

 

Seule ombre au tableau, je ne suis pas vraiment branché sur les sorties et les fréquentations des endroits enfumés comme les cafés et clubs de nuits. J’acceptais bien l’une ou l’autre invitation comme le dimanche en fin d’après midi avec un jeu loto quinte qui à cette époque attirait beaucoup de monde dans un petit café situé sur une des plus belle place de la ville.

 

Pourtant, un garçon allait se détacher de tout ce monde-là. Super sympa et très discret, je pense que lui avait bien compris depuis le début que mon choix n’avait rien avoir avec l’homosexualité. Sans avoir l’air, il fût d’un fameux soutiens dans cette période euphorique parce que je devenais ce que je souhaitais le plus. Mais tout de même assez dur à vivre tant les obstacles étaient nombreux et parfois décourageant (mais ça, j’en ai déjà parlé)

 

C’est comme cela que le jour de mon opération venu, il fit le déplacement jusque Bruxelles pour être présent avant et après mon retour de la salle d’op, et qu’il fut la première personne à qui je dis quelque chose à mon réveil ! 

 

 

19:38 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

19/08/2006

Bon ! Reprise de mon récit :

Un intermède pour reparler un peu du passé. J’en étais aux quelques anecdotes d’avant mon opération (les écrits précédent les posts cinéma)

 

Ce qui n’est pas une anecdote, c’est la confusion qui anime les gens lorsque au début, je parlais de transsexualité et de mon souhait de devenir une femme. A de rare exception près, où la personne avec qui je parlais comprenais bien la différence. Tout le monde à tendance de mettre dans le même « sac » homosexualité, travestisme et transsexualité !

 

Loin de moi l’idée de vouloir expliquer et faire comprendre les différences qu’il y a entre homo, travesti et Trans.

 

Dans mon cas, j’ai toujours été ennuyé par mes attributs masculins et cela me dérangeait tellement que je ne m’aimais pas « homme » donc, je pense ne jamais avoir été homo. Car pour moi, être homo, c’est s’aimer homme et être attiré par d’autres hommes.

 

Au tout début, il a bien fallut passer par une période qui pourrait s’apparenter à du travestisme. Tant il n’est pas facile de gommer tous les côtés masculins d’un seul coup de baguette magique comme la pilosité, la gestuelle ou la phonique acquise au fil des années « homme » Et surtout toutes les habitudes de vie en tant qu’homme. Là, je ne me suis jamais sentie travesti. Car je pense qu’un travesti est quelqu’un qui aime s’habiller en femme mais qui aime aussi que cela se remarque qu’il est toujours « un homme habillé en femme »

 

C’est comme cela que deux de mes ex beaux-frères qui sont homos, se sont mit en tête de s’occuper de moi et de me faire découvrir les lieux qu’ils fréquentaient au centre ville !  

 

 

       

17:30 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

15/08/2006

Transamérica

J’ai trouvé des informations sur le film « Transamérica »

Elles viennent d’un forum de cinéma.

 

La communauté Trans en attente

 

Bonjour
nous sommes de nombreuses transsexuelles à attendre la sortie de ce film, non pour l'actrice, mais pour le sujet et la façon dont les Américains l'abordent.
La plupart du temps la caricature l'emporte sur la réalité et fait l'impasse sur nos souffrances.
l'insensibilité et la méconnaissance font le reste

pour parler du résumé de ce film, je constate les différences de vision, et en particulier l'emploi du "il" et du "un transsexuel"

le résumé d'Allo Ciné:

Citation :
Bree, devenu transsexuel, travaille jour et nuit afin d'avoir assez d'argent pour payer une intervention chirurgicale qui fera définitivement de lui une femme. Un jour, elle reçoit un appel téléphonique d'un adolescent en fuite qui recherche son père. Elle comprend avec effarement qu'il est le résultat d'une liaison hétérosexuelle sans lendemain qui a eu lieu alors qu'elle était encore un homme...

un autre lu sur le net

Citation :
Bree travaille jour et nuit pour pouvoir payer l'opération qui fera d'elle une véritable femme. Un jour, elle reçoit un appel téléphonique d'un adolescent fugueur à la recherche de son père : elle ne tarde pas à comprendre qu'il s'agit du fils qu'elle a eu autrefois d'une liaison sans lendemain, alors qu'elle était encore un homme. Son premier réflexe est de tirer une croix sur son passé et d'oublier sa transsexualité, mais sa psychothérapeute lui explique qu'elle doit au contraire assumer cette part cachée de son existence : elle ne lui délivrera d'ailleurs son autorisation d'intervention chirurgicale que si Bree accepte de rencontrer le jeune homme...

Bon film à toutes et à tous.
Natacha
pour info on dit une transsexuelle pour H->F et un transsexuel pour F->H

 

 

En réponse à Natacha31 (Voir le message du 23/04/2006 à 15:28)

Effectivement on dit une transsexuelle pour un homme "devenant" femme, et un transsexuel pour une femme "devenant" homme. Et, me semble-t-il, on ne "devient" pas transsexuel.. Bref espérons que le sujet est mieux traité que n'est écrit le synopsis !

Alors, quelles sont les réactions de la "communauté" transgenre/transsexuelle???


Pour ma part, bien que je ne connaisse pas de personnes concernées, j'ai trouvé le film très juste, très beau, très tendre, très drôle parfois et très émouvant.
4 étoiles d'office.
J'ai été motivée à aller le voir pour être tombée sur une critique qui insistait sur le fait que l'on était vraiment loin de la caricature. Et, à mon avis, c'est vrai.

On sent bien que le réalisateur, Duncan Tucker, a bonne connaissance de l'écho, difficile à ignorer, du terme "dégénérée" (freak dans la VO) Et pour preuve, il a eu l'idée de monter le film après s'être lié d'amitié avec une femme transsexuelle avec laquelle il a compris quelles pouvaient bien être les difficultés intérieures et extérieures de la dysphorie de genre - Spoiler : (Terme prononcé plusieurs fois par Bree, comme pour appuyer cliniquement sa condition pour contrebalancer la perversion qu'on a du lui jeter à la face mainte fois).  - 

Loin de faire naître un sentiment de charité à l'égard de Bree, le film nous invite à voyager à côté d'elle dans son périple à travers l'Amérique, voir peut-être parfois, comme si nous étions à sa place.

Ce n'est pas un film qui cherche sans cesse à prouver une "humanité normale" du transgenderisme, Mais Duncan Tucker la filme, comme on filmerait le quotidien de monsieur ou madame toutlemonde, ce qui ne revient pas du tout à la même chose.

Quelle maturité pour un 1er long métrage! La qualité à tous niveaux étaient au RDV, je suis conquise, j'attends le 2ème avec impatiente!

 

Il m'a dit viens, je te ferai connaître
Ce pays d'où tu pourras enfin naître
Et j'ai vu des lacs aux couleurs étranges
Et j'ai cru entendre chanter les anges

Bonsoir,


Je ne sais pas ce que c'est la communauté trans, personnellement je ne fais partie d'aucune communauté, mais je suis très contente enfin d'avoir vu un film qui nous montre telle que nous sommes, avec quelques exagérations, mais pas trop grave, dans l'ensemble ce film est super.

 

En réponse à Natacha31 (Voir le message du 23/04/2006 à 15:28)

 

  Je ne comprends pas la critique de Natacha.

J'ai, personnellement vu le film 2 fois. Il est merveilleux

Enormement de sensibilité, la souffrance des personnes transsexuelles y est omniprésente mais sans voyeurisme. J'ai éprouvé une énorme émotion tout au long du film, passant des larmes aux rires. Quand sa propre transition est difficile, ce film est d'un réconfort inestimable, et, à ce titre, je le regarderais encore de nombreuses fois.

Allez le voir !!!

 

Ce film est superbe, très émouvant, plein d'humour et porté par des acteurs plein de talent.

J'ai trouvé que le sujet n'était pas traité de façon superficielle ou caricaturale comme cela aurait pu être le cas.

Je dis bravo au réalisateur et aux acteurs pour m'avoir apporté un bon moment de cinéma.

 

 

 

 

 

18:05 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Avant première liégeoise

Oulala ! Je délaisse un peu ici en ce moment ! Mais, c’est un peu le hasard qui fait cela, qu’au moment ou je débute un blog pour parler de mon passé. Puis de ma vie quotidienne de transsexuelle, qu’il y a aie un tas d’activité de loisir qui me tombe dessus !

 

Alors voilà, avant de reprendre et de finir le récit de mon cheminement qui me permet de vivre tout à fait normalement aujourd’hui. Voici une petite information cinématographique (Oui encore un film)

 

Demain mercredi 16 août 20h30, au cinéma « Le Parc » à Liège. Il y a la projection du film « Transamerica » en avant première pour la ville de Liège. Maintenant, ce film est sorti en France depuis plusieurs mois et même, je viens de lire qu’il est déjà sorti en DVD.

 

Si j’ai déjà parlé de ce film tout au début du blog. Puisque c’est après avoir lu un article sur ce film que je me décida à écrire ce blog.

 

Demain, cette projection est non seulement comme dit plus haut une avant première à Liège. Mais aussi cela ce passe dans le cadre du ciné-club « Imago » Une association entre l’ASBL « Les Grigoux » qui gère les cinémas « Le parc » et « Churchill » à Liège et les ASBL « Alliàge » et le « Chel »

 

Le CHEL (Jeunes Homos Liégeois) Offre un espace de rencontre destiné aux jeunes homosexuel(le)s jusque 30 ans qui désirent vivre sereinement leur orientation et briser leur isolement selon un esprit d’ouverture, de discrétion et de liberté.

 

 

Alliàge est une association liégeoise de gays,lesbiennes et sympathisants qui veut offrir un espace d’accueil, de parole et de convivialité, promouvoir et défendre les droits des homosexuel(le)s, offrir différents services (bibliothèque, information…) et organiser des activités culturelles ou récréatives.

  

Enfin, l’ASBL « Les grignoux » c’est ici !

 

     

13:12 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/08/2006

Tout sur ma mère

Pour rester dans le monde cinématographique, je repense à un film que j’avais vu dans le courant de l’année 2000. Un film du réalisateur Pedro almodovar qui traite assez bien de la transsexualité sans jamais tomber dans la parodie.

 

« Tout sur ma mère »

 

Le synopsis :

 

Manuela, infirmière, vit seule avec son fils Esteban, passionne de littérature. Pour l'anniversaire de Manuela, Esteban l'invite au théâtre ou ils vont voir "Un tramway nomme désir". A la sortie, Manuela raconte à son fils qu'elle a interprète cette pièce face à son père dans le rôle de Kowalsky. C'est la première fois qu'Esteban, bouleverse, entend parler de son père. C'est alors qu'il est renverse par une voiture. Folle de douleur, Manuela part à la recherche de l'homme qu'elle a aime, le père de son fils. César et oscar 2000 du meilleur film étranger.

 

Je pense qu’il n’y a pas besoin de beaucoup plus d’explication vu que ce film n’est plus nouveau et qu’il est aussi probablement déjà passé à la télé (je dis cela car je n’ai pas de TV, donc je ne fais pas trop attention à ce qui s’y passe)

 

 

15:16 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/08/2006

Boys don't cry 

Avant de reprendre le récit de mon passé, un petit détour par la journée d’aujourd’hui.

 

Je suis allée au solarium c’est après midi. Et même si l’on dit que cela détend, pas moi ! Dans le sarcophage avec la musique qui va trop fort est sans moyen de réglage son, j’aime pas trop en plus que je suis un peu Claustrophobe.

 

Mais cette fois, c’était bien lorsque tout d’un coup à la radio (je ne me rappel pas laquelle) C’est une chanson demandée par un auditeur. Qui la dédie à son amie et dit aussi qu’elle lui rappelle un film qu’il a bien aimé.

 

La chanson « Boys don’t cry » des Cure. Et bien sûr, le film du même nom ! Si la chanson elle date de l’année 1980. Le film lui est nettement plus récent. 1999 je crois !

 

Je ne l’ai vu qu’une seule fois ce film.C'était chez une amie Trans que j’avais rencontrée par hasard en allant chez mon médecin. Donc, je ne sais plus si cette chanson est reprise dans la bande son ou pas ou s'il en a parlé par pour hasard ?

 

En tous les cas, joli rapprochement de la part de cet auditeur qui me donne ainsi l’occasion pour dire qu’il y a aussi des filles qui ne se trouve pas super bien dans leur corps et qui elles aussi souhaitent changer de sexe et devenir des mecs !

 

« Boys don’t cry » un film de Kimberly Peire à voir ou à revoir !

 

Et j’ai même retrouvé l’article de Moveandbe qui en parle :

 

 http://www.moveandbe.com/article_boys_dont_cry_1.htm

 

 

 

 

 

 

 

19:14 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |