24/10/2006

Sortir de l'hôpital

La particularité des transsexuelles, c’est l’obligation d’un traitement hormonal à suivre régulièrement et en plus à suivre toute sa vie !

 

Mais voilà pour subir une opération telle qu’une vaginoplastie, il était obligatoire de stopper ce traitement quinze jours avant la date de l’opération. Et ensuite, la reprise du traitement était à l’appréciation du chirurgien.

 

Avec les petits soucis qui me sont tombés dessus (l’abcès en deuxième semaine) cela a provoqué chez moi un manque d’hormones, en plus de la fatigue (et oui, même sans rien faire d’autre que de me reposer) une fatigue probablement des suites de l’opération, anesthésie, perte de sang, etc. Me voilà transformée en pleureuse, un rien me voyait fondre en larme !

 

Le deuxième week-end que je passais là-bas allait se terminer et voilà que le chirurgien me donna l’autorisation de retourner chez moi. Comme je viens de le dire un rien me faisait pleurer ! Alors très affaiblie, très émotive et ne réfléchissant plus très bien (beaucoup d’idées noires quoi !) J’avais peur de me retrouver seule dans un taxi ou dans le train ! Je téléphonais aux seules personnes qui m’avaient montré de la sympathie en me rendant une petite visite (trois visites en 14 jours) Jean-Claude un collègue, ne sais pas venir, il est en vacances en Irlande. Elisabeth, une transsexuelle aussi (rencontrée lors d’un colloque sur la féminisation de la voix et qui projettait de créer une association d’aide aux transsexuelles) mais je n’arrive pas à la joindre sur son téléphone portable.

 

Ce sera finalement Madeleine, la seule vraie amie de longue date qui ne me laissa pas tombée pendant tout mon parcours, qui fera le trajet pour venir me rechercher ! Le dimanche 10 juin 2002 en fin de journée, je quitte l’hôpital. Lorsque je rentre chez moi, jamais je n’ai vu mon appartement aussi beau, je me sens libre et heureuse de retrouver mes repères ! 

50depart__2

 

    

21:21 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

coucou ouhhaa bin dis donc c'est magnifique ça quel courage! et maintenant que penses tu de la vie avec un vagin? tu te sentais comment ? la différence que tu as pu éprouver aussi ? suis curieuse hien je sais mais depuis le début ton histoire me passionne! gros bisous miss a bientot

Écrit par : alex | 01/11/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.