23/11/2006

Retour chez le chirurgien !

Oulala ! Si je veux un jour arriver à finir mon récit et d’enfin parler au présent, faut vraiment que je m’y consacre plus régulièrement !

 

Lire, dormir, faire ses soins régulièrement et enfin se remettre à se nourrir convenablement, ok ! Mais ce n’est pas cela qui va me permettre de revivre d’une façon autonome du jour au lendemain.

 

Je n’ai que les transports en communs pour seul moyen de déplacement. Alors pour cela, c’est un peu le système « D » qui joue à fond ! Coups de téléphone à droite et à gauche pour trouver une personne disponible pour m’aider un peu. Comme pour aller chez mon médecin traitant, chez qui je continue d’aller malgré le fait d’avoir déménagé loin de chez elle ! Et je dois y aller tous les deux semaines pour une injection hormonale et aussi pour contrôler l’évolution de la vaginoplastie.

 

Contrôler et enlever les points de sutures. Pour rappel, elle était venue assister à mon opération. Et même faire office d’assistante au chirurgien, vu que la sienne « d’assistante officielle » était partie en vacances en omettant de le prévenir !

 

Mais bon, cela c’est pour des trajets dans les environs. Il me faut tout de même me rentre à Bruxelles en visite « officielle » chez le chirurgien. Là ! J’ai de la chance, car finalement par rapport à la grosse majorité de ses patientes, je n’habite pas très loin de chez lui.  Et c’est toujours mieux d’avoir un contact direct avec celui qui vous a opéré ! Donc, c’est lui qui avec une dextérité exemplaire va me retirer les derniers points de sutures (les plus délicats, ceux qui se trouvent tout au fond de mon néo-vagin)

 

Là ! Ce sera une journée assez stressante et fatigante.

 

Stressante, parce que c’est la première fois depuis presque un mois, que je voyage seule ! Et les quelques petits déplacements effectués en bus ne m’ont pas laissé un très bon souvenir (je manquais encore cruellement de confiance en mes possibilités)

 

Fatigante, parce que ce voyage se décomposait d’un trajet en bus, en train, en métro et à pieds pour l’aller et le même en sens inverse pour le retour ! Plus de cinq heures A/R et la visite en plus.

 

Mais voilà, cette visite me faisait aussi vraiment plaisir et en partant de cela, tout fût plus facile ! Je ne sais plus quand, mais je l’ai déjà dis que j’adorais ce chirurgien, pour son « look » de dandy anglais, pour son humour noir, pour sa personnalité. Bref, il m’enleva les derniers fils, me gronda, sermonna et aussi me complimenta ! Un gentlemen quoi J

21:00 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/11/2006

What it is

Marrant, j’écris l’histoire de mon passé et voilà qu’en recherchant des infos sur un disque de Mark Knopfler et J.J.Cale, que je tombe sur le site « unplugged-café »

 

Bon, alors petite parenthèse dans mon récit pour expliquer ce que je trouve marrant !

 

Si je savais intérieurement ce qu’il me fallait faire pour être vraiment moi. Il m’a malheureusement fallut très longtemps pour y arriver, mais j’y suis arrivée ! Pour ce qui est de la décision de changer de sexe, tout c’est passé pendant l’année 2000. Mais ça, je l’ai déjà raconté !

 

Seulement juste parlé des événements qui ont motivé mon choix et les passages importants, pas tellement des anecdotes ! Alors, en voici une :

 

Septembre/octobre 2000, j’ai enfin la confirmation que les tests passés sont bons. Les tests médicaux et psychologiques demandés par l’équipe de l’université qui prend en charge les transsexuelles. Et après cette fameuse discussion qui m’amena à la séparation et au divorce, je peux dire que je pris vraiment mon envol !

 

Pour bien comprendre, il faut savoir que j’aime la musique, le rock, le blues et en particulier le groupe « Dire Street » style de musique qui n’était pas très apprécie par ma belle-famille de l’époque. Donc pour que le mariage « tienne » j’avais fait abstraction pendant des années de ce qui me faisait vibré, le Rock !

 

Je commençais à mettre mes affaires en caisse, à chercher un appartement, à errer un peu. Et puis voilà que j’entends une superbe chanson à la radio, je me dis chouette je connais cette voix ! Je pense à Dire Street, puis en passant dans un magasin, dans le rayon musique, je suis attirée par un CD bleu avec un avion qui s’envole ! Mark Knopfler en solo avec le « Sailing To Philadelphia » Je l’écoute, c’est bien cette chanson qui me trottait en tête « What It Is » qui est la toute première sur le CD.

 

Alors, qu’est-ce qui est marrant ? Simplement sur le site « unplugged-café » j’y ai trouvée une vidéo du clip de cette chanson « What It Is » 

Voir : Mark Knopfler en solo,

http://www.unplugged-cafe.org/index.php/Vid%C3%A9os_Mark_Knopfler

 

Et cette vidéo colle vraiment bien à ce que je ressentais à ce moment. Tomber en panne, laisser quelque chose derrière sois et continuer à avancer vers l’inconnu ! Faire des rencontres et ne jamais se décourager ! Bon, c’est ce que moi, j’ai ressenti et l’imagination qui a fait le reste…

 

C’était le premier disque que je m’achetais depuis que je m’étais mariée ! Un avion qui prend son envol comme j’allais le faire quelques jours plus tard ! Cela m’a tellement marqué, qu’il y a deux ans, c’est en repensant à ce CD que je me lançais sur la toile avec mon premier blog. Un blog ou je n’y parle pas de transsexualité, ni de mon passé ! Mais juste de ma vie de tous les jours, comme des milliers d’autres filles ! 

philadelphia

 

 

23:33 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2006

Faible

Et dormir, je vais le faire de plus en plus souvent ! Le plus dur, dans cette convalescence sera la solitude. Affaiblie et seule, le moral à tendance a vaciller, donc pas beaucoup d’appétit. Et qui dit ne pas manger, dit ne pas reprendre des forces ! Comme un cercle, puisque je ne reprends pas de la force, je reste faible et par-là, le moral non plus ne va pas bien !

 

Heureusement, une visite de Madeleine va un peu changer cela. En me ramenant de Bruxelles, elle reprit ensuite mon linge à lessiver. Et lorsqu’elle me le ramena, elle m’apporta également un bon repas ! Son passage fera plus que me requinquer, puisque dans le même sens, je devais téléphoner au chirurgien pour lui donner de mes nouvelles.

 

Et lorsqu’il entend ma toute petite voix au téléphone, puis que je lui dis me sentir très faible et ne pas manger ! Il me grondera une nouvelle fois (c’était somme tout comme à l’hôpital) Mais il a raison, faut me secouer et aller chercher de quoi me remettre sur pieds ! Direction la boucherie et achat de beefsteak de cheval. Cette deuxième sortie sera tout de même moins dur que la première (A/R à la pharmacie) Donc, preuve que je ne vais pas si mal que cela et même si je mange peu, c’est surtout du repos donc j’ai aussi besoin.

 

Et pour se reposer, je ne dors pas tout le temps ! Il y a bien sûr les soins à faire et surtout, je lis des livres que j’avais acheté pour offrir à mon fils pour son Noël. Mais qu’il n’a jamais aimé et qu’il me rendit peu après. Les aventures de Harry Potter ! Après avoir lu les trois premiers d’un trait, je m’étais gardé le quatrième pour, justement cette période de convalescence. C’est plongée dans les événements qui secouent le petit monde des sorciers à l’occasion de la « Coupe de Feu » que petit à petit je me remets en forme !  

hermione3

 

18:29 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/11/2006

Premier jour chez moi !

Madeleine restera un petit peu avant de s’en aller ! Me voilà seule pour la première fois depuis deux semaines. Le premier soir pas trop le temps de penser, je suis vidée ! Défaire la valise est déjà bien assez. Je ne peux pas prendre de bain complet, je me laverais donc comme à l’hôpital, une douche en faisant attention à ce qu’il n’y ait pas d’eau sur les endroits sensibles !

 

De cette première nuit pas de souvenir, juste que je dors vraiment bien pour la première fois (rien de tel que son lit pour bien dormir) Je suis chez moi, seule et je pense qu’il est possible que je reçoive la visite d’un médecin contrôleur envoyé par mon employeur.

 

Donc pas de grasse matinée, levée tôt et me préparer pour être présentable (si cela est possible après autant de temps passé dans un hôpital) Et surtout outre cette éventuelle visite, il me faut aller à la pharmacie pour les prescriptions que le chirurgien m’a faite !

 

Et la pharmacie n’est pas loin, pas plus de deux cent mètres de chez moi. Un étage à descendre par un escalier, traverser un grand hangar et les 200m dans la rue ! Là, je suis tellement affaiblie que ce simple aller/retour sera une épreuve quasi insurmontable. Nous sommes en juin et il fait beau et chaud, mais je frisonne et j’ai l’impression que le vent est glacial. L’aller va encore, l’attende dans la pharmacie est déjà plus problématique, après les frisons, c’est des gouttes de sueur qui perle sur mon visage blafard !

 

Au retour, je crois ne jamais pouvoir atteindre ma porte d’entrée tant le vent de face me bloque dans ma progression, c’est loin d’être un vent de tempête ! C’est juste un vent de face contre une petite transsexuelle affaiblie ! Je remonterais les quelques escaliers, pliée en deux de douleur et d’épuisement !

 

Cette première sortie m’a anéantie et je dormirais tout le reste de la journée ! Sommeil juste interrompu pour les soins que je dois me faire quatre fois par jour !

 

Et le médecin contrôleur de mon employeur ? Je ne le verrais jamais de toute la durée de ma convalescence !

the_soft_skin

 

     

20:46 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |