08/12/2006

Discrimination ?

Voiçi une info trouvée sur un autre blog, elle n’est pas vraiment nouvelle du jour (puisqu’elle date du 30 novembre) mais toujours d’actualité lorsqu’il est question des différences et en particulier des Transsexuelles !

 

Je pense qu’il s’agit du podium des championnats canadiens de descende de Moutain bike (VTT) :

 

 L'histoire a fait grand bruit aux Championnats canadiens de descente à Whistler : installée sur la deuxième marche du podium, Danika Schroeter arborait fièrement un t-shirt portant l'inscription «100 % pure woman champ 2006 » Le message ne pouvait être plus clair : il s'adressait à celle qui la devançait sur la ligne et sur le podium, Michelle Dumaresq. Michelle Dumaresq est une transsexuelle. Certes, la chose est connue et a suscité quelques débats. C'est cependant la première fois qu'une autre athlète affiche clairement son désaccord hors des vestiaires.

Cela s'est fait au grand jour, sur un podium tout ce qu'il y a de plus officiel. Voilà de quoi heurter le décorum qui entoure généralement la remise des médailles. Toujours est-il que Danika Schroeter s'est pris trois mois de suspension. En publiant une lettre d'excuses, elle a obtenu une dérogation pour participer aux Championnats du monde en Nouvelle- Zélande, mais elle purgera quand même sa peine.

Bon, on en pense ce  qu’on veut !

 

Moi personnellement pour avoir fait « avant » énormément de sport d’endurance comme la course à pieds ou le cyclisme, mais pas de compétition ! Principalement pour diluer et contenir ce que je ressentais. Je ne crois pas qu’une transsexuelle soit plus forte qu’une autre femme « biologiquement d’origine » Mais bien sûr, lorsqu’il y a un enjeu tel un titre de championne, tous les coups sont permis en particulier celui de discréditer ses adversaires d’autant plus que l’on termine derrière celle-ci !

 

Alors pourquoi je dis cela bien que je ne sois pas doctoresse en médecine sportive ?

 

Simple, d’après ce que je sais ce sont les hormones mâles qui font se développer la masse musculaire. C’est pour cela que tant de sportif et sportive en abuse tant et plus pour augmenter leur force et leur puissance musculaire. Chez les Transsexuelles, il n’y a plus de production d’hormones mâles et le traitement (à vie) de féminisation fait qu’une Transsexuelle à trois voir quatre fois plus d’hormone femelle qu’une femme biologique d’origine.

 

Sur avis de l’endocrinologue qui me suit, je continue de faire du sport et je le fais avec des filles qui ne connaissent pas mon passé « différent » et je peux dire qu’elles sont bien plus fortes que moi et que je ne suis pas encore arrivée à terminer une randonnée en même temps qu’elles ! Toujours derrière la petite d’ici !

 

Mais c’est mon avis personnel sur du vécu personnel. Et je ne voudrais pas non plus, en tirer des conclusions pour toutes les autres Transsexuelles !

80MichelleDumaresq2

Michelle Dumaresq  

22:24 Écrit par Loulou dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.