04/01/2007

Certains collègues

L’été 2002 est une période assez fertile en anecdote ! Sur le moment même, cela passe si vite que l’on n’y prête pas vraiment grande attention. Restons encore un peu dans le domaine de mon travail et des relations avec mes collègues masculins.

 

Il y en a qui en présence d’autres personnes ne manifestent pas le moins du monde de la sympathie à mon égard. Mais une fois qu’ils peuvent se retrouver seul avec moi et s’assurant que personne d’autre ne pourrait les entendre. Commence à se confier et à me raconter leurs petites misères et autres petits problèmes ! Comme si le fait de m’affirmée telle que je suis maintenant et d’être passée au travers de tant d’épreuves morales et physiques, faisant de moi la parfaite confidente.

 

Un tel m’expliquant qu’il n’est pas parti en vacances, parce qu’il s’est fait opérer du zizi qui n’avait jamais été décalotté. Un autre, de me raconter la soirée de son anniversaire tellement arrosée qu’elle se termina par une petite relation homo ! Ou celui-là, qui venait de se faire « larguer » par son amie. N’étant pas habitué à vivre seul et ne retrouvant pas d’autres filles, venant me parler et finissant par me demander mon avis sur une chose qui lui trottait en tête, devait-il finalement aller voir du côté des gays pour trouver quelqu’un pour ne plus souffrir de solitude ! Tous bien sûr me racontaient cela, en insistant bien sur le fait que j’étais la seule à connaître cela !

 

Tout en continuant de travailler, je devais les écouter et faire « semblant » de leurs prêter une oreille attentive et compatissante. Sachant bien qu’une fois leur cœur déchargé et réconforté, ils retourneraient vers leurs habituelle indifférence ! Je dis bien faire « semblant » car je déteste profondément ce genre de personnage, indifférent lorsqu’ils sont en groupe (il y va de leur image de marque !) Et ami/ami une fois qu’il me voit seul !

 

Bon d’accord, je peux en parler comme cela aujourd’hui ! Mais c’est aussi vrai qu’à l’époque, fragilisée par mon parcours je n’avais pas toujours la force de trouver les mots qu’il fallait pour leurs dire vraiment ce que je pensais d’eux ! Que de chemin parcouru depuis ! 

80coast_road

20:09 Écrit par Loulou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

ah ça les hommes... c'est ça mais tu sais les gens sont comme ça tu sais, moi aussi j'ai eu des potes qui venaient me voir pour se confier et ensuite plus rien on me chier dans la gueule ppfff et toi quand t'es pas bien y a personne!
Alors ta soirée du réveillon c passé très très cool lolll comme chez nous! tu n'as pas passer du temps avec ta famille? (si tu en as parlé auparavant euh excuse mais je ne t'ai aps suivi au début loll sorry) allez bisous miss

Écrit par : alex | 04/01/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.